Quand Rania cause...

Quand Rania cause...

Palestine


De derrière mes barreaux

 

178 jours que je suis là.
Déjà.
Sans même savoir pourquoi.
Je n'ai jamais été jugée.
Simplement jetée ici.
Il fait froid et on m'a oublié.
Là.


A travers les barreaux, j'ai vu, qu'aujourd'hui, il fait beau.

 

Alors je t'imagine Yamma, préparer la pâte du taboun.


Cette pâte que tu prépares inlassablement de tes deux mains, assise sur la grosse pierre, posée dans un coin de la terrasse de notre maison.

 

Ces deux mains vigoureuses et légèrement ridées que je rêve d'embrasser encore.
Ces mains qui savaient me rassurer lorsque tu les passais dans ma chevelure et qui sechaient parfois mes larmes.

 

Je sens d'ici, à travers mes barreaux, l'odeur de ton pain Yamma. Je salive.

Et Yaba a acheté au souk beaucoup d'oignons et de sumac.


Ces oignons que tu vas émincer inlassablement, qui formeront d'abord une montagne puis, qui prendront au fur et à mesure cette couleur violette si particulière, ces oignons qui se marieront de cette manière si sensuelle grâce à l'huile d'olive que vous n'avez cessé de presser, presser, presser...

 

De derrière mes barreaux, je vois tes mains plonger le pain dans le bouillon et étaler ce mélange violet.

 

Et le taboun en veut encore et encore.
Il absorbe ce mélange en lui tel un homme assoiffé et jamais rassasié.

 

Je te vois Yamma et je veux plonger dans le taboun devenu Msakhan.

Je veux m'y perdre et qu'il vienne en moi.
Je veux être avec toi...

 

Les oiseaux tournent autour du four et chantent autour des plateaux déjà prêts.

De derrière mes barreaux, je les vois.

 

Et je retourne m'asseoir dans mon coin, par terre, ce sol nu, sans hassireh.

 

Et l'oiseau qui chantait est venu toquer à mes barreaux.

 

Il m'a apporté un bout de notre identité.
Un morceau de msakhan que, de tes mains tu as confectionné en imaginant que j'étais avec vous, autour du hattab, attablée.

 

Mais je n'ai plus faim.


Grâce à toi Yamma, toi qui me donne la force, je suis rassasiée.

Je m'abreuverai et me goinferai de toi et de tes images

 

Le pain sur les pierres.

 

Les pierres de notre terre.

 

Pour elles, je resisterai.

 

FB_IMG_1492448941035.jpg


17/04/2017
2 Poster un commentaire


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser