Quand Rania cause...

Quand Rania cause...

Excusez -moi de ne pas éprouver peine

Excusez moi de ne pas éprouver de peine.

 

J’ai lu ça et là, que nous étions des terroristes. Parce qu’on a tué des civiles israéliens assis à une terrasse de café à Tel Aviv.

 

C’est drôle, ça me rappelle un mauvais souvenir, ici, plus proche de moi géographiquement mais à des années lumières de ce qu’on vit vraiment, là-bas.

 

Et puis, on a étouffé l’affaire ici, le pourquoi de cet acte indécent pour deux phrases lâchées spontanément sur la toile.

 

Excusez-moi de ne pas éprouver de peine.

Quand on compare des hommes désespérés au point de tirer sur une foule qui n’avait rien demandé à de vils criminels sanguinaires comme ceux de Daesh, oui ! Vous me retirez toute éventuelle peine que j’aurai pu éprouver !

 

Donc nous sommes des terroristes.

 

Je dis « nous », car ces 2 hommes, ces assassins, ces terroristes, représentent dorénavant tous les Palestiniens.

 

La preuve : nous avons eu droit à une punition collective immédiate de par l’Etat israélien.

 

83 000 personnes interdites d’aller prier, de circuler…
En plein Ramadan… encore.
Enfin…rien de nouveau.

 

Je suis fatiguée…

 

D’expliquer, de convaincre, de me battre, de ce silence assourdissant sur l’injustice que nous vivons.

 

En silence.

 

Ou pas vraiment. On piaille, on se révolte, on s’indigne. Mais cela va dans l’oreille d’un sourd.


C’est pesant, usant…

 

Pardonnez-moi de ne pas éprouver de peine.

 

Vous avez été terrorisés et moi, j’ai entendu leur détresse.
Et, elle, je la comprends. Trop.

 

Israël, démocratie à 2 vitesses. La France, indignation à 2 vitesses.

 

Où étais-tu la France lorsqu’en 2014, les Gazaouis se faisaient massacrer ?

Où étais tu lorsque 4 gamins, sur une plage, se faisaient déchiqueter ?

Où étais tu lorsque bébé Ali et ses parents se sont fait cramer ?
Où es tu aujourd’hui lorsque des enfants sur le chemin de l’école se font humilier, lorsque des enfants à la frontière de Raffah sont morts de n’avoir pu sortir se faire soigner de l’autre coté, où es tu lorsque des enfants se font arbitrairement emprisonner, arrachés et balancés dans des jeeps de l’armée la plus morale du monde sous les yeux impuissants de leurs parents ?
Où es tu pour dénoncer ces mères tuées au détour d’un check point laissant derrière elles des bébés, où es tu pour dénoncer l’impunité des français qui tuent de sang froid des colonisés ?

 

Et ceci n’est qu’un extrait…


Où es tu ?

 

Alors, excuse-moi de ne pas éprouver de peine.


Beaucoup ont dit que la militante a tendu le bâton pour se faire battre.


Et qu’en est-il d’Israël ?

Crois tu vraiment que les Palestiniens resteraient là, à subir les coups sans en rendre à leur tour ?

 

Tu es soit naïve, soit arrogante à croire pouvoir toi et ton allié, tout maitriser, tout dominer.

 

Et c’est là justement que le bat blesse.


Même si cela est fait avec maladresse ou rudesse ou cruauté, qu’importe!


Tu feins de ne pas comprendre pour assurer des intérêts à toi et à l'autre.

 

En fait, si. J'ai de la peine.

 

Pour toutes les vies qui partent de par votre faute. Quelque soit leur nationalité.

 

 

Mais tant que tu n’entendras pas leur détresse, sache que les Palestiniens ne se laisseront JAMAIS dominer.



12/06/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres