Quand Rania cause...

Quand Rania cause...

Moi, Palestinienne de France, admiratrice de Ken Loach, j'irai voir son film."

Ma réponse à l'article de Claude Askolovitch paru dans Slate, le 31 octobre 2016 http://m.slate.fr/story/127418/juif-gauche-film-ken-loach

 

 

Le journaliste, Claude Askolovitch aime le genre humain, à une exception près, celle de Palestine, et je m'y résous complètement .

 

 

Cher Claude,

Il t'aura fallu deux bons paragraphes mielleux et pleins de louanges pour te lancer enfin et oser avouer à demi mot l'objet de ton courroux et de ta peine envers le cinéaste.

Avant de continuer, tu pardonneras, j'en suis certaine, ce tutoiement que je trouve de bon gré ici.


Après tout, et malgré les murs qui nous séparent et qui nous opposent, nous sommes cousins...

 

Ainsi, tu es fâché de ton idole, le grand cinéaste Ken Loach.

 

À te lire et te voir répéter: "Je n'irai pas voir Loach", j'ai presque eu de la peine pour toi et j'avais comme une envie furieuse de te dire:
"Mais non, cousin! Vas-y ! Je ne veux pas que tu souffres!"

Tu sais, à l'instar de mon gamin, lorsqu'il boude et qu'il refuse de prendre le bonbon que je lui tends alors qu'il en crève d'envie.

 

Non, franchement cousin, faut pas te faire du mal comme ça...

 

Ken Loach, il n'a rien contre vous, les Israéliens et encore moins contre les juifs de gauche desquels tu te revendiques.

Certains nous ont jalousé notre Terre, et voilà que maintenant, ils nous jalousent l'amour que Ken Loach nous porte.

 

"Nous" bien sûr, ce sont les Palestiniens.

 

C'est tellement dur à prononcer ce mot parfois, il raisonne pour certains (beaucoup)(vraiment beaucoup) telle une craie grincant de toutes ses forces sur le tableau.

Mais bon, que veux-tu, il est là le Palestinien.

Encore et malgré tout.


La preuve: je t'écris.

 

Alors, je vais te dire franchement: des fois, tu m'es sympathique avec tes positions sur l'islamophobie et puis, ta dernière B.A. quand tu t'es impliqué pour la libération de l'humanitaire Moussa.

Franchement, c'était pas mal. Et je pense même que tu es presque sincère parfois.

 

Mais bon voilà, dès qu'on prononce trois lettres, BDS (Boycott Desinvestissement Sanction), tu te herisses et là, je ne peux plus avoir de compassion pour toi.

 

Tu as beau te revendiquer "Juif de Gauche", anti-Netanyahou, tu geins au moindre appel au boycott contre Israël, qu'il soit économique ou culturel.


C'est donc, que forcément, tu soutiens la politique raciste et colonialiste d'Israël, toi aussi.

 

Loach n'exclut pas "chaque habitant" d'Israël. Il se positionne contre une politique représentée par Netanyahou, qui je le rappelle, a été élu "démocratiquement".

 

Loach échappe de peu à l'étiquette d'antisémite que l'on aime à attitrer si facilement dès que l'on s'oppose à Israël alors même qu'on n' ait rien contre les juifs.


Ça aide quand même d'être Loach... Et tant mieux!

 

Le Palestinien souffre. Le Palestinien est isolé. Le Palestinien est déplacé, le Palestinien est bombardé, le Palestinien est oublié. Le Palestinien a le soutien de Ken Loach quand Israël a le soutien des plus grandes puissances de ce monde.

 

Le Palestinien a le soutien de Loach parce que, comme tu le dis si bien, Loach est "un des humanistes les plus intransigeants de cette planète".

 

Moi, je suis fière de cet admirable cinéaste lorsqu'à Cannes, où encore, lors de l'ouverture du dernier Festival Ciné-Palestine, qu'il a fait l'honneur de parrainer, il a prononcé ces mots:

 

« Ce qui nous dépasse toujours est que le droit international n’ait visiblement aucun pouvoir. Et nous cherchons en vain celui qui pourra faire appliquer le droit… tout simplement : faire appliquer le droit ! En l’absence de l’application du droit, nous autres citoyens devons faire ce qui est en notre pouvoir, c’est à dire pratiquer le boycott. »

 

Il est autant intransigeant envers l'Etat d'Israël et de sa politique nauséabonde (et non son peuple comme tu le prétends) qu'Israël est cruel avec les Palestiniens (le peuple).

 

Et ça, Asko, mon très cher cousin juif de gauche, tu devrais le comprendre et le soutenir.


Mais au lieu de ça, tu préfères le décrier et faire ton indigné.

 

Alors si tu penses vraiment que: "le peuple palestinien ne doit pas être privé de ses droits nationaux et que la colonisation, le cynisme de Nétanyahou, l'hubris des bigots idiots et des ultras qui peuplent le gouvernement de Jérusalem, la tentation folle de l'annexion d'une partie de la Cisjordanie, sont des catastrophes –pour Israël comme pour la Palestine", alors tu ne peux pas accepter que Benjamin Nétanyahou te représente, ne serait-ce qu'un peu...

 

Moi, au final, ce qui m'indigne, c'est ton silence assourdissant ainsi que celui de tes comparses lorsque des gamins Palestiniens se font bombarder, gazer et emprisonner.

 

Et pire! Les excuses puériles que tu trouves pour justifier ces abominations. Et ça, ça fait vraiment mal. Beaucoup plus que d'être privé d'un film, qu'il soit de Loach ou pas, d'ailleurs...

 

Mais tu as peut-être raison.

La vie de ces gamins ne vaut peut-être pas un film de Ken Loach...



15/11/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres