Quand Rania cause...

Quand Rania cause...

L'Exilée

 

J’ai un passeport.

 

Celui là, tout le monde me l’envie. On me dit que j’ai de la chance.

Certains seraient prêts à m’épouser pour l’obtenir.

On me dit qu’à la base, que je ne suis pas trop  dégueulasse, que j’ai un packaging assez vendeur:

 pas trop bête, pas mal jolie, pas mal gentille, pas mal drôle aussi. Cool.

 Et j ai une bête de plus value: mon passeport.

 

Et pourtant…

 

Je suis l’Exilée.

 

Celle qui partout peut globe-trotter.

Partout sauf chez elle.

 

Non, je ne suis pas une réfugiée. Mes grands-parents l’étaient.

 

Moi je suis une Exilée.

 

J’ai vécu longtemps tout près de toi sans jamais pouvoir te toucher.

Mais je t’épiais depuis le Mont Nebo et je t’épiais depuis Aqaba sans même que tu puisses t’en douter.

 

On me disait : « Tu vois, c’est la bas »

Et moi de penser : « Mais oui Ducon, je sais ! Et maintenant, est-ce que je suis plus avancée ? ».

 

Je suis l’Exilée.

 

Papa, maman, dites, pourquoi ne m’y avez vous jamais emmené ? Silence…

Puis, l'épouse n’a jamais tenté de demander à son geôlier. Perdu d’avance.

 

Aujourd’hui, je peux t’aimer librement. Mais de loin. Toujours. Je t’aime tellement…

 

Je suis l’Exilée.

 

Oui. Mon passeport est un leurre tu sais. Et ça me fait vraiment peur.

 

Sur mon passeport, y a écrit mon nom. J’en suis fière de celui-là si tu savais !

En français, c’est Job le patient, tu sais, le prophète qui a galéré dans sa vie, celui qui a tout perdu : terres, richesses, femmes, enfants.

Mais Allah récompense et aime les patients.

 

On se ressemble toi et moi finalement, tu vois?

Mais mon nom que tu m'as donné m’empêchera-t-il de t’approcher ?

L’homme au casque me renverra-t-il d’où je viens? Aura-t-il peur de mon nom car chargé de ton histoire, de celle de mes ancêtres, tu sais, celle qu’il veut à tout prix effacer ?

 

Alors, l’Exilée patiente.

 

Elle se contente de t’observer de loin. Pour l’instant.

Tu sais que je n’y peux rien.

 

Je regarde, je m'extasie, je pleure, je souris, je m’indigne, je passe du chaud au froid, de la patience à l’impatience, je veux entrer dans l’écran, être dans l’image!

Et je m’emporte. A tort ou à raison.

Pardon…

 

C’est pas facile pour moi tu sais de voir les autres te caresser.

 

Mais je te jure qu’un jour on se retrouvera.

On rattrapera le temps perdu toutes les deux tu verras.

Je ferai des détours s’il le faut. Je viendrai, je te le promets.

 

En fait, je suis une exilée… en CDD.

 



19/05/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres